Avec un peu de recul

Bonjour tout le monde!

Déjà une autre semaine de passée…je vous le jure mes amis : Ici, le temps file. Au  moment ou vous lisez ces lignes, je suis à une semaine près de compléter mon partenariat avec le Bureau Régional d’Éducation (REO). J’en suis déjà à l’heure des bilans… ce que j’ai apporté, ce que j’ai appris ainsi ce que je ramènerai avec moi …dans moins de 2 semaines!?!

Je sais bien que mon séjour à Tamale ne changera pas le monde. Je crois que nous en sommes tous conscient d’ailleurs. Je crois cependant que…

Ok, je vous joue un petit tour cette semaine… Alors je joins une petite photo pour m’en excuser

Moustache et Smok.. La classe quoi!

Mon organisation, Ingénieur Sans Frontières vient de lancer une nouvelle campagne de visibilité/financement ces jours-ci et je j’aimerais bien y participer! Alors je me suis dis que j’allais fusionner mon article de cette semaine avec la campagne 🙂

Dû à de petits problèmes techniques, le lien est dans la section commentaire.. Désolé des inconvénients

***S’il vous plait, ne vous empêchez pas d’aller lire seulement parce qu’il s’agit d’une campagne de financement!.. Je ne veux pas écrire pour rien Haha … Je préfere que vous alliez lire sans donner que de ne pas lire du tout!

-Max

Une bière sur un toit… Why not!

Bonjour tout le monde 🙂

J’espere que vous êtes en forme.

De mon coté, le temps file! Mes amis commencent déjà à me reserver avant mon départ… C’est fou, il ne me reste que deux semaines de travail ?!? On focus haha

Parlant d’amis, je crois que je ne vous ai jamais parlé de mes amis de la boutique électrique… Shame on me, car je passe beaucoup de temps avec eux. Je les ai rencontré deux jours après mon arrivé à Tamale. Plus tôt dans la journée, j’avais éclaté l’ampoule de ma chambre… Il me fallait donc la remplacer. Chose qui n’est pas aussi facile qu’au Canada dans un sens et très facile dans l’autre… Je vous explique. Même si Tamale est une grosse ville, il n’y a pas de magasin grande surface ou l’on trouve de tout… incluant des commis désagréables… pas de quincailleries qui s’étendent sur 2 kilomètres, seulement des petites boutiques, ici et là à travers le marché. Maintenant que je connais bien la ville, trouver quoi que ce soit n’est plus une difficulté…mais à mon arrivé… Ouff… tous les coins de rue se ressemblent, les affiches sont quasi inexistantes, les rues sont bondées et il fait 40… donc tu ne traines pas trop! J’étais donc très content lorsque j’ai mis les pieds dans une boutique d’accessoires électriques.

L’aspect facile de l’achat d’une ampoule à Tamale est le fait que le choix est très réduit. Je me rappelle des deux rayons d’ampoules, toutes légèrement différentes, que je devais « connaitre » lors de mon (disons le, court) séjour au département électrique chez Rona…

Ici, rien de cela, j’avais le choix entre deux ampoules fluo-compactes avec la même douille, une claire et une très claire! D’après ce que j’ai compris, lorsque l’offre change, les consommateurs s’adaptent rapidement. Quelque chose de très fréquent et révélateur; avant l’arrivée des fluo-compactes, seuls les tubes néons étaient disponibles… maintenant que le tout a changé, une ampoule fluo-compacte descend du ballast de chaque ancien néon en ville!

Bon assez parlé d’ampoule! Tout ca pour dire que depuis ce jour, je fais des visites de plus en plus régulières…  Maintenant, il n’y a pas une visite au marché ou je passe devant le magasin sans discuter une petite demi-heure.. Quoi de mieux que pénarder un peu en bonne compagnie!

 

De gauche à droite, Edmond, moi, Lawrence and Ben

 

Les trois sont légèrement plus âgés que moi, 22 ans et attendent toujours leur admission à l’université. Bien que le système scolaire Ghanéen soit en piteux état, ces deux frères (Laurence et Edmond) et leur ami ont réussi à finir leur Senior High School (SHS) avec des notes permettant d’accéder au niveau supérieur. Pour vous donner une idée de ce que cela représente, voici un petit graphique tiré d’un rapport de l’année passée que j’ai eu l’occasion de consulter au bureau.

 

En bleu, les étudiants du primaire qui ne sont pas accepté au Junior High School.

En rouge, les étudiants qui ne sont pas accepté au Senior High School

En vert, les étudiants qui ne sont pas accepté à l’université ou au collège

En mauve, le petit 6% admissible aux études supérieurs.

Bien que mes amis fassent parti du 6%, ils n’ont rien reçu de mieux qu’une admission à un baccalauréat par correspondance qui, soit dit en passant, n’a aucun lien avec leur choix. Étant donné qu’ils sont issus de la classe moyenne, ils n’ont pas les moyens de se payer une admission quasi-automatique dans l’une des universités privées du pays et donc, ils passent leur journée à bretter dans la boutique d’équipement électrique du père de Laurence et Edmond, à servir 5-6 clients par jour. Ils n’ont cependant pas perdu espoir, ils comptent réappliquer l’année prochaine, espérons que ce sera plus productif!

Bon s’ils comprenaient le français, ils me diraient surement que ce dernier sujet n’a rien d’intéressant, que je devrais passer à autre chose et rester positif!

Samedi soir

Étant donné qu’ils travaillent tout le temps, nous n’avons jamais eu l’occasion de  se voir en dehors de la boutique. C’est pourquoi, la semaine dernière, je leur proposai une sortie! Je voulais cependant qu’ils choisissent l’endroit.. afin de découvrir de nouveau coin! L’idée leur plu et ils me donnèrent rendez-vous à 19 :00 le samedi suivant… devant la boutique haha.

J’arrive un peu plus tôt que prévu à la boutique, Lawrence, Edmond et Ben y sont déjà! Je leur demande si ils ont déjà souper.. Non…. Parfait, moi non plus! Je propose alors Sparkles, un petit resto au centre-ville ou l’on peut trouver de très bons plats. Une fois assis au resto, nous commandons de la bière et demandons pour les menus. Je fais mon choix, des nouilles chinoises (Vraiment Ghanéen haha) et leur demande se qu’ils prendront.

Ils me répondent, presque en chœur : « aaa finalement je pense que je suis correct.. »

C’est à cet instant précis que je me rends compte que j’ai amené mes amis ghanéens dans un resto d’expats… Les plats me semblent abordables, environs 8 Cédis ou 5$ pour une bonne bouffe, mais lorsque l’on compare ces prix avec les prix d’un petit souper local (environs 1 ou 2 Cédis), c’est très dispendieux!

On s’entend qu’il était hors de question de manger mon plat devant eux! Donc deux choix s’offraient à moi :

1-Payer pour tout le monde (même si j’ai une paye ridicule en dollars Canadien, ici,  je pourrais subvenir aux besoins d’une petite famille!).

2-Aller manger dans un resto local au coin de la rue. Pour ca, il me fallait trouver une raison… Sachant très bien qu’ils ne me laisseraient pas m’en tirer ainsi haha

L’option 1 me faisant passé pour l’ami blanc qui paie tout.. Ce à quoi je ne tenant pas vraiment! J’ai décidé de payer pour une entrée à partager et ils m’ont offert de payer mon souper une fois rendu au Bar. Le tout me semblant être un bon deal!

Finalement, l’entrée n’était vraiment pas bonne et beaucoup trop dispendieuse!

Une fois arrivé à Giddi-pass, nous grimpons 3 étages pour se retrouver sur le toit (Comme vous le savez surement, j’aime vraiment les accès au toit!). La place était bondée et le DJ était en feu! Nous prenons place et nous commandons bières et saucisses. De grosses saucisses-brochettes à environs 30 sous Can. C’était clairement un meilleur deal que mon entrée à partager haha.

Petite photo de groupe!

 

Nous avons passé une super soirée à boire, manger  et danser… Sur ce dernier point, je tiens à parler d’un mythe fort répandu!

Non, les africains ne sont pas tous de bons danseurs!…. Mais oui, tous les Ghanéens présents sur le dance floor en ce samedi soir était, en effet, de très bon danseurs haha.. J’ai clairement des croûtes à manger! Mais nous avons passé une très belle soirée. J’ai même eu l’occasion de rencontrer les  blondes d’Edmond et Laurence!

Il est clair que nous allons remettre ca avant mon départ mais… Sans Sparkles haha! Mon mauvais choix de resto est même rendu une inside joke !

Sur ce, mes amis, je vous dis à la semaine prochaine!

En passant, ma moustache fait fureur à Tamale! Ca me fait toujours rire lorsque je reçois un compliment sincère sur ma moustache haha.

Une petite pause??

Bonjour tout le monde,

C’est un Maxim en pleine forme qui vous écrit ce matin en direct de… ses appartements!

Et oui, une petite pause ne fait de mal à personne… De plus, je me plais bien dans ma chambre, malgré le flagrant manque de mobilier (Un matelas, un fan et un tabouret haha) et … de ménage… et oui, traverser l’océan ne vous transforme pas totalement 😉

Pourquoi suis-je en pleine forme?

1-Je reviens plus ou moins d’une semaine de vacance 🙂

2-Je suis en santé 🙂

3-Je sens le temps me glisser sous les pieds :s alors je profite de chaque instant 🙂

4- J’ai enfin pu ouvrir la lettre postdatée de ma blonde, lettre qui me faisait de l’œil depuis plus de 2 mois! 🙂 🙂

5- Je porte la moustache! 🙂 🙂  Et oui… Movember is back! Pour ceux qui ne comprennent pas, le movember est un événement visant à sensibiliser les hommes au cancer de la prostate. Le moyen, porter la moustache. Pour reprendre les mots de Matt Matheson, porte-parole pour Movember Canada, « En novembre, la moustache devient le ruban facial, tout comme la boucle rose symbolise le soutien à la lutte au cancer du sein ». Alors Messieurs, à vos moustaches…ou bien à vos tests! Haha

En passant, je suis désolé d’avoir failli à mes engagements la semaine dernière. Je crois que j’avais besoin d’une petite pause! J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur!

Semi-semaine de vacance

Vendredi dernier, j’ai pris la route avec 10 collègues ISF en direction du parc national Mole. Il s’agissait de la retraite de mi-placement pour les volontaires court-terme (comme moi) et celle de « quart de placement » pour le long-terme (1 ans et plus). Bien que nous ayons des ateliers et des présentations, la formule et surtout le lieu, contribuait à nous faire passer du bon temps. Nous avons donc pu relaxer, apprendre à mieux se connaitre (Étant donné que nous sommes éparpillés à travers la région du Nord) et aussi à faire un safari!!

Notre groupe le dimanche matin!

Bien qu’il s’agissait du paysage le plus « Africain » qu’il m’ait été donné de voir, je ne me suis jamais autant senti loin du Ghana…C’est vraiment paradoxale! Une piscine, des repas occidentaux aux prix occidentaux et le même ratio Noir-Blanc qu’à Alma! Comprenez-moi bien par exemple, j’ai vraiment passé du bon temps… Sérieusement haha je le referais n’importe quand! Je crois cependant qu’il est bon de garder en tête que cette « mise-en-scène » d’animaux sauvages et de safari est aussi loin de la culture Ghanéenne que nos traineaux à chiens Canadiens le sont pour nous, Canadiens!

Reste que voir des éléphants dans la nature est une expérience mémorable!!

WTF!?

Salah Day

Lundi dernier (7 novembre) était la journée du Salah. De ce que j’ai compris, il s’agit d’un nouvel an dans le calendrier musulman. Mon histoire de Salah ne commence cependant pas lundi matin, mais bien mardi dernier. À ce moment précis, j’apprends l’existence, la date et les « pré requis » de cette journée. J’étais aux anges lorsque ma famille d’accueil m’invita à célébrer avec eux! Même chose lorsque j’appris que je devais me faire faire un habit! Le tout s’estompa lorsque j’appris que tous les tailleurs en ville travaillaient déjà jours et nuits depuis 3 semaines en raisons de l’immense demande (Tout le monde veux de nouveaux habits pour le Salah). J’ai donc fait mon deuil d’un habit bad ass. C’est alors que le propriétaire de mon compound a utilisé son réseau de contact et à réussi à me trouver un tailleur prêt à me faire un habit pour le lundi! Je CAPOTAIS 🙂 Me voilà fin prêt pour le Salah.

Lundi 6 :30- Je me lève bien tranquillement, prend un petit thé avec mon Rice Water , un genre de pouding au riz qui fait bien mon affaire! Quand tout à tout coup, tout le monde s’active et se dépêche..Je comprends que nous sommes en retard… Ce qui n’est rien de trop grave ici en passant**

J’enfile mon suit et nous grimpons dans l’auto; moi, le proprio, mon père d’accueil (Chany)… et 7 enfants haha, direction Central mosk pour la prière matinal du Salah. C’est la que je réalise que nous ne sommes pas les seuls à vouloir s’y rendre… Les rues étaient bondées comme jamais auparavant !

Chany, moi (avec des airs de prince!) et M. Adams, le proprio

 7 :30- Oh Oh, la prière commence (Comme à l’habitude, la prière est retransmise à l’aide de haut-parleurs mais aujourd’hui c’est vraiment plus fort !) et nous sommes pris dans le trafic.. aucun moyen de bouger de là. La mosquée étant déjà pleine à craquer, les gens s’installent dehors pour prier… mais ils y tellement de gens que l’espace de prière grandit à vue d’œil! C’est alors qu’il atteint l’embouteillage. Comme m’explique Chany, la route fait maintenant partie intégrale de la mosquée (Du point de vue sacré). Alors tout bonnement, tout le monde abandonne leur voiture, sorte leur praying mate et commence à prier en direction de la mosquée… Sur le coup, tout cela me parait des plus normal… plus de place à l’intérieur… on agrandi le cercle et on bloque la route pour 15 minutes…! Cependant, après réflexion, je crois bien que si quelque chose comme ca m’était arrivé au Canada, je l’aurais pris autrement! C’est drôle de constater que tout est seulement une question de perspectives!

9 :00- Après avoir fait le tour de la ville pour visiter des amis et partager de la nourriture, nous arrivons au compound, où les femmes avaient passé la matinée à faire la cuisine et se pomponner! À ce moment commence le « gavage »!

12 :00- Nous finissons enfin de manger! Comme vous le savez surement, j’ai un bon appétit.. mais là… Je n’étais même plus en mesure de prendre un verre d’eau tellement j’étais plein!! Je dois dire que la nourriture était délicieuse par exemple!

13 :00- Alima et moi commençons la marche « communautaire ». Alima est ma mère d’accueil et aussi mon coup de cœur Ghanéen! Nous nous entendons vraiment très bien :). Nous passons donc l’après-midi à visiter presque tout les membres de la communauté! Je me charge de transporter la nourriture que nous leurs offrons et Alima transporte la nourriture que nous recevons! Dépendamment des moyens financiers, les familles peuvent préparer de bons petits plats ou bien abattre une chèvre, certain vont même jusqu’à abattre un bœuf et partager la viande!

 

Des voisins (À ma gauche), moi et Alima, dégustant un petit thé avec du chocolat

 

Ce fut, je crois, l’un de mes meilleurs moments jusqu’ici! J’ai ADORÉ! J’ai même reçu personnellement un morceau de bœuf que nous avons mangé mardi soir!

Bref c’était vraiment un beau week-end! Je crois que le tout n’est pas étranger au fait que je sois en pleine forme ces jours-ci 🙂

Sur ce, chers amis, je vous quitte mais ne soyez pas inquiet, je serai de retour la semaine prochaine!

N’hésitez surtout pas à m’envoyer des questions/commentaires (en public ou en privé, via courriel), il me fera plaisir de vous répondre 🙂

Passez une belle semaine

Max

Les privilèges d’un Sulminja

 

Bonjour tout le monde!

J’espère que vous vous portez bien et que la vie va bon train.

De mon coté tout est parfait, je suis en pleine forme et je profite de la vie!

Quand je dis en pleine forme… je veux dire en bonne santé plus qu’en bonne forme physique.. Je dois dire que j’ai déjà été plus en forme que ca! Après réflexion, je suis presque certain d’en avoir trouvé la cause, c’était pourtant si facile… Je n’ai plus 20 ans! 

Comme le dirait feu ma grand-mère, il ne me reste que 9 ans avant de tomber dans ma phase de dégénérescence haha  Mais non, ne vous inquiétez pas, je ne suis pas stressé avec ca…

Cependant, lorsque je reçu une invitation pour un demi-marathon se tenant le 4 décembre prochain, une question me vint en tête… Suis-je assez en forme?… C’est quand même 20 Km avec une température qui te fait suer lorsque tu tapes un article…

Oubliant que j’avais 21 ans maintenant… je répondis « I’m in..of course ». C’était un jeudi. Deux jours passèrent et nous voilà dimanche, ma journée préférée. Je faisais des crêpes à la maison d’un de mes amis et lui se chargeait du café pendant que d’autre coupaient les fruits… Un bel avant-midi quoi! Le temps passa très vite… il approchait déjà 16 heure… l’heure à laquelle plein de gens se retrouve au terrain de foot pour un match d’Ultimate Frisbee. Bien que j’aime ce sport et qu’un tel match ait lieu tout les dimanches, des raisons hors de mon contrôle ont fait que c’était la première fois que j’étais en mesure de jouer!

Le match fut des plus plaisants mais je me rendis compte que j’avais peut-être bien accepté l’invitation trop vite! Il est cependant trop tard pour reculer… que  faire… s’entrainer!

Comme vous le savez peut-être, j’aime bien être entouré de gens, que ce soit à l’école, au travail ou dans la pratique du sport. Ce qui fait que le jogging matinal n’est pas mon premier choix, ni le gym d’ailleurs qui, soit dit en passant n’est pas disponible ici… J’en étais presque venu à la conclusion que je devrais faire du jogging… quoi d’autre?!  Je décide de prendre quelque temps pour y penser!

Le lendemain, en revenant du travail, un groupe d’étudiant me lance un : « What’s up sulminja »

Sulminja se prononce Seleminga et veut dire Homme Blanc. Bien que cela en ait tout l’air, ce n’est pas péjoratif. C’est probablement l’un des premiers mots que j’ai appris… Il tient lieu de nom jusqu’à ce qu’il y ait présentations. C’est seulement une version plus complète de notre.. « Eille»

Sans me sentir mal, je peux vous avouer qu’il m’arrive souvent d’ignorer ces appels mais des fois je me dis… pourquoi ne pas arrêter un petit 5 minutes pour jaser! C’est exactement ce que je fis en ce Mardi soir.

Nous avons parlé de tout et de rien pendant un petit bout, d’où je viens qu’est ce que je fais ici etc. Lorsque se fut à mon tour de poser des questions, je découvris quelque chose d’intéressant. Il s’avéra que ces étudiants faisaient partie de l’équipe de Basket-Ball de Tamasco (Tamale Senior High School). Le lien c’est tout de suite fait dans ma tête… remise en forme + nouvelles connaissances +..Basket-Ball= Maxim comblé!

Le fait que le terrain soit à mi-chemin entre mon bureau et ma maison rend le tout encore plus pratique! C’est donc dans cette optique que je leur demande si je pourrais me joindre à eux pour pratiquer.

Ils semblaient bien à l’aise avec l’idée et me dirent de me présenter au terrain le lendemain aux alentours de 17 :00.

Le lendemain, après le travail, j’étais comme sur un nuage… tout était parfait!

Rendu au terrain, personne ne m’ « accueille » pour ainsi dire… je m’assois sur le banc et j’attends un peu… je regarde… un peu mal à l’aise étant donné que j’avais déjà enfilé mon ensemble de sport et que, cela montrait que je pensais jouer…

Après quelque temps, le coach vient me voir et me demande pourquoi je suis ici… Léger malaise.. mais je lui répond que j’aimerais bien pratiquer avec son équipe et que je travaillais non loin de la et tout et tout. Sans broncher, il me donne le ballon et me dit : «  voyons ce que tu sais faire », en me montrant la ligne de 3 points…

Pour ceux qui n’ont pas suivi mon « parcours » de Basket-Ball, je n’ai jamais vraiment eu ce qu’on pourrait appeler une bonne technique de lancé…. Lorsque je jouais, la pratique sauvait les meubles… mais le fait d’avoir arrêté pendant 2 ans a totalement enlever la variable « pratique » de l’équation… Ce qui me laisse seulement la mauvaise technique …

Donc sur 3 lancés… j’ai touché l’anneau 1 fois… Sur quoi il me dit gentiment d’aller me rasseoir…La honte! Surtout que c’était le moment ou jamais de « me faire un nom ».

Pendant que j’attendais stupidement sur le banc, je me mis à réfléchir… Devrais-je partir?… Devrais-je attendre la fin?… Devrais-je tenter de démontrer que je suis « bon » au Basket-Ball même si mon lancé manque de pratique?

Je décidai qu’il valait mieux rester et tenter d’avoir une seconde chance de prouver ce dont j’étais capable!

Vers la fin, le coach demanda a tout le monde de sortir du terrain afin qu’il sépare les équipes. À ma grande surprise… le premier nom appelé est « Solminja »… Wow…Ok..

Mon bonheur s’estompa assez rapidement lorsque je me rendis compte que les 9 autres joueurs appelés étaient en fait… des joueuses…

Sur le premier jeu, j’essaie d’être intense afin de faire mes preuves mais je me rends compte que c’est une très mauvaise idée… Mes « co-équipières » n’ont, de toute évidence, jamais réellement jouées au Basket et mesurent toutes 1pied de moins que moi. Je tiens à préciser que je ne suis pas misogyne… je sais que plusieurs filles sont 1000X meilleures que moi au basket… Ce n’était pas le cas de ces filles-là.

Après notre simili-match… la vraie équipe prend possession du terrain… pour jouer du vrai Basket… Je ressentais un mélange de gêne, frustration mais aussi d’envie… Les regarder me rappela que j’aime vraiment ce sport et que j’adorerais pouvoir jouer avec eux.

J’étais un peu mélangé lorsque le coach m’invita à la prière d’équipe à la fin du match… d’autant plus qu’il me demanda de la réciter… Je réussi à m’en tirer avec un simili Notre Père en Français…Comme dans du beurre haha

Après quoi il m’invita à me joindre à eux le lendemain…eeee..Ok… Avec plaisir

Cela fait maintenant plus d’une semaine que je pratique avec eux tous les soirs après le travail.

De fil en aiguille j’ai réussi à faire mes preuves et je joue maintenant sur l’équipe numéro 1… J’en suis plutôt fier 🙂

Le plus important dans toute cette histoire n’est cependant pas le Basket-Ball. Cette équipe m’a forcé à faire mes preuves… Chose qui est souvent oublié lorsque l’on est un Sulminja au Ghana. Ils m’ont fait prendre conscience que je n’avais pas fait mes preuves depuis au moins deux mois! Et pour cela, je leur en suis extrêmement reconnaissant!

 

La population blanche est aussi bien représentée que dans la NBA!

 

Cependant, il me fait toujours drôle de penser qu’un Ghanéen arrivant au Canada devra, quant à lui, toujours faire ses preuves afin de combattre les préjugés négatifs…

-Max 

 

Origine, appartenance et modernité?!

Bonjour à tous

Je vais commencer par une question cette semaine : êtes-vous fiers/fières de vos origines?

Étant donné que mon blog est en français et que mon nombre d’ami Français est plutôt limité, je vais assumer que, pour la plupart, vous êtes Québécois… (Désolé pour les autres, je vous aime autant!)

Ayant gardé notre langue et une bonne partie de notre culture, je vais prendre pour acquis que la plupart d’entre nous sommes fier de notre culture Québécoise. Nous aimons même allez plus loin et se définir en tant que Gaspésien, Montréalais, Jeannois, Estrien etc. Même si nous parlons la même langue, nous pouvons compter sur certaines particularités (accents et expressions régionales) pour se forger une appartenance culturelle. Imaginer un instant ce que nous serions sans ces petites différences qui nous distinguent… Vous en conviendrai surement que nous aurions perdu une portion importante de notre identité sans toutefois perde l’ensemble notre culture Québécoise. Imaginer maintenant que nos enfants soient éduqués en anglais de la maternelle à l’université… Nous pourrions facilement dire que nous avons 1 pied et 3/4  dans la tombe…

Vous commencez à me voir venir n’est ce pas!

C’est exactement ce qui se passe ici… Je ne veux pas retourner trop loin dans l’histoire pour plusieurs raisons; la première étant surement que je suis gêné des gestes posés par nos ancêtres sur ce beau continent…

Revenons seulement au temps où les empires coloniaux ont divisé l’Afrique à huit-clos en tenant compte exclusivement de leur propre intérêt… Je crois sincèrement qu’il n’aurait pas été possible de faire pire pour les différents groupes ethniques… Plusieurs tribus se sont vues séparés et leur liberté de mouvement à été grandement réduite. Il est certain qu’il est plus difficile de conserver son identité culturelle lorsque l’on est divisé de la sorte. De plus, les empires coloniaux introduisirent leur langue en tant que langue officielle.

Ce qui fait que de nos jours, même après plus de 50 ans d’indépendance, le Ghana regroupe plusieurs partielle de groupes ethniques parlant différentes langues mais ne sont éduqués qu’en Anglais.

Jusqu’à maintenant, les langues locales ont pu être préservées mais il va sans dire qu’elles sont bourrées d’anglicisme! N’ayant jamais étudié dans ces langues, les jeunes passent à l’anglais dès qu’un mot moindrement techniques est nécessaire.

Ne pensez pas que je suis fâché ou quelque chose du genre, je trouve cependant le tout très intéressant. Je pose beaucoup de questions à mes amis pour mieux comprendre cette espèce de transition…  Le meilleur exemple est une conversation que j’ai eue la semaine dernière avec ma mère d’accueil Alima à propos des marques ethniques sur son visage!

Premièrement, je dois dire que j’avais de la difficulté à aborder le sujet… Dans ma culture, questionner quelqu’un sur les lignes qu’il y dans le visage n’est pas des plus poli… vous en conviendrez surement!

Cependant, lorsque l’on pense à l’aspect culturel de la chose, il n’y a rien de gênant! Même qu’elle semblait très contente que j’aborde le sujet et nous avons parlé pour plus d’une heure 🙂

Alima est originaire de Bocoo, à quelques minutes du Burkina Faso, et malheureusement, je ne me souviens plus du nom de la tribu (Honte à moi!). Comme il est coutume dans plusieurs autres tribus, les enfants sont « marqués » peu après la naissance, normalement à l’âge de 7 jours. De cette façon, ils traineront avec eu leur identité culturelle toute leur vie. La sévérité des marques est variable d’une tribu à l’autre. Alima, par exemple, a trois petites marques de 3 cm semblable à un trait de crayon… comparable à celles illustrées sur la photo suivante. Alors que d’autres ont de sévères traits leur traversant le visage! Tous cependant, semblent avoir une certaine symétrie. C’est pourquoi je l’interrogeai sur les marques de mon père adoptif, Chany, qui compte beaucoup de marques asymétriques!

 

Marques semblables à celles d'Alima. Désolé, la prochaine fois je vais prendre une vrai photo et non une image tirée du web!

 

Je dois avouer que j’étais surpris de la réponse!

Dans la Région du Nord du Ghana, les fausses couches et les bébés mort-nés font l’objet de beaucoup de rituels ou pratiques traditionnelles. L’une d’elle veut que le premier bébé à naitre après un ou plusieurs malheureux événement soit mis à vendre devant la maison… Oui oui, à vendre!

N’importe quel passant peu alors acheter l’enfant (selon ses moyens), pour ensuite le redonner à la famille. L’enfant pourra alors vivre une longue vie. En guise de récompense, le nouveau-né portera les marques de l’acheteur/sauveur. Ainsi, tous sauront que cet enfant doit la vie à une tribu en particulier!

Chany était l’un de ces enfants vendus, et il se trouva que son acheteur/sauveur venait du Nigeria, pus précisément d’une tribu ou les marques ne sont ni symétrique, ni discrète!

Plusieurs sont d’avis que cette pratique est barbare et devrait cesser au plus vite, d’autres adhèrent d’avantage à la thèse de l’identité culturelle et sont d’avis que cette pratique devrait suivre son cours.

En raison de la modernisation de la société et de l’influence extérieure, cette pratique semble être appelée à disparaitre. Par exemple, même si mes parents d’accueil sont très fiers de leurs marques, ils ont décidé de ne scarifier aucun de leurs deux enfants.

Si nous ne pensons qu’à l’aspect culturel de la chose, il est triste que cela disparaisse… mais il est aussi très important de considérer tous les autres facteurs!

Alima et Chany ne semblent pas être affectés outre mesure par leur décision mais Alima m’a fait savoir que, bien qu’elle respecte leur choix, sa famille aurait préféré que les enfants soient scarifiés.

J’espère cependant que leurs enfants seront en mesure de garder leur identité culturelle et leur sentiment d’appartenance même sans ces marques et dans un environnement de plus en plus anglophone! Après tout, cette identité est probablement la seule chose qui va séparer ces enfants Ghanéen de ma petite sœur Québécoise! Parce qu’en fin de compte, on est beaucoup moins différent que l’on ne le croit!

On se revoit la semaine prochaine 🙂

Max

Tout est relatif

Tout d’abord bonjour à tous 🙂

J’espère que vous avez passé une belle semaine! 

Pour ma part, je n’aurais pas pu demander mieux… Sérieusement! Comme je vous en parlé dans mon dernier message, ce week-end était spécial.

Premièrement,  c’était ma fête 🙂 Je crois bien que peu importe ou l’on se trouve dans le monde, notre fête est un petit moment spécial, même si ce n’est pas tout le monde qui célèbre à notre façon. Au Ghana par exemple, personne ne célèbre son anniversaire. Il n’existe même pas de d’expression en Dagbani pour « Bonne Fête ». Cependant, tous mes amis et connaissances se sont rendu compte de l’importance que cela avait pour moi et mon anniversaire fut souligné à maintes reprises!

Deuxièmement, c’était la GUERRE! Ou plutôt la WAR ( West African Retreat). Tout le staff d’ISF travaillant soit au Burkina Faso, soit au Ghana, se rassemblait pour 4 jours dans la ville de Bolgatanga! Le simple fait d’apprendre à connaitre tout le monde était des plus plaisants… La WAR n’étant normalement pas pour les JFs( Volontaire étudiant court terme, comme moi) je me sentais très privilégié d’y assister! Tout les autres participant, ou presque, étaient des volontaires gradués longs termes, c’est-à-dire qu’ils sont ici pour une période variant de 1 à 3 ans! Pas besoin de vous dire qu’ils sont motivés et inspirants! Et aussi que j’étais le bébé du groupe haha

Bien que je sois à des années lumières d’être un expert en développement international ou d’être une encyclopédie sur deux pattes, je considère que j’ai acquéri  une bonne petite base au cours des dernières années. J’ai cependant reçu une bonne leçon d’humilité en passant la fin de ce groupe… À plusieurs reprises, je trainais de la patte dans les discussions mais je dois dire que j’ai adoré l’expérience… quoi de mieux pour apprendre!  

Bon assez d’humilité pour aujourd’hui 😉

Aperçu de Bolgatanga

Les ateliers et présentation se terminaient samedi soir avec un événement mémorable, la soirée Slam! (Le Slam est un genre de poésie rythmée). Plus de 15 personnes se sont inscrits pour présenter leur œuvre…dont moi haha… Je dois dire que je n’étais pas des plus à l’aise mais j’ai adoré l’expérience. Je dois dire que Slammer dans sa langue seconde devant un groupe de 30 personnes n’est pas des plus relaxants! Je vous dirais que c’était OK, sans plus haha mais j’étais vraiment content de l’avoir fait… Je ne vous en aurais pas dit autant 30 secondes avant mon tour haha

Le moment fort de cette soirée fut un poème écrit par Lyndsey, une collègue, sur l’intégration culturelle… Je voudrais bien vous en traduire des extraits basé sur mes souvenirs mais cela ne lui rendrait pas justice… si je réussi à mettre la main dessus je vous en fais pars c’est promis! Pourquoi pas un petit résumé! Cependant, dites vous que le tout était mille fois mieux!

Elle mettait en relation la perception qu’ont les Ghanéens du mode vie Canadien et des Canadiens en général avec la perception qu’ont les Canadiens du mode de vie Ghanéen et des Ghanéens en général… Basé principalement sur la couleur de peau, la culture et les mœurs… MALADE!

Bien que cette soirée Slam fût la dernière activité formelle de ce week-end, le meilleur restait à venir!  Comme plusieurs d’entre vous je suppose, je n’ai jamais vraiment fêté l’action de grâce. Je crois que ce n’est pas vraiment dans la culture québécoise. Cependant, vu le ratio de 3 québécois pour une trentaine de Canadiens Anglais, Thanksgiving allait assurément être célébré!

J’avais quelque appréhension au départ mais le tout s’est estompé au courant de la journée… qui en passant, fut l’une de mes plus belles au Ghana ( Oui oui, je sais que j’étais seulement avec des Canadiens mais bon!)

Premièrement, je donne mon nom pour participer à la préparation de la Dinde, un classique… Vous auriez du me voir le visage lorsque je pris connaissance que ma première tâche était d’aller…nourrir ladite dinde! Et oui, nous avions acheté une dinde vivante haha… nous étions beau à voir transformer une dinde vivante en repas… avec la précieuse aide de Google haha

Étant donné qu’une dinde n’était pas assez pour tout le monde, nous avons aussi acheté un cochon pour l’occasion, lui aussi était vivant… mais nous avons eu l’aide de voisin pour la partie abattage…

Sous la supervision de Dom et Carey, un couple de Calgary, j’ai appris comment cuire un cochon entier dans le sol haha Je dois dire que je m’attendais pas du tout à acquérir ce genre de compétence dans le cadre de mon stage! Comme si il ne faisait pas assez chaud, j’ai passé une partie de la journée à jouer dans la braise… Cependant, le jeu en valait clairement la chandelle!

Aux alentours de 19 heures, nous nous sommes tous attablé devant ce festin, à partager des histoires de Thanksgiving Canadien et de nos vies au Ghana… et quand je dis festin… je pèse mes mots. En terme relatif, je crois que c’était mon meilleur souper à vie haha

Bien que la nourriture du Ghana soit très bonne, ce souper canadien préparé avec les moyens du bord était très spécial! Par la suite, je me suis mis à penser  que tous ces trucs que j’ai appréciés durant cette fin de semaine étaient des choses que je prenais pour acquis au Canada.

Un gâteau de fête (qui était très bon en passant, Merci Janine!), une dinde, du café (oui oui, du café :), des toilettes qui fonctionnent et un repas de Thanksgiving entre amis, nous étions aux anges… était-ce si bon, ou était-ce seulement notre niveau d’appréciation…?

Après réflexion, je crois que la plus grande différence était en terme relatif… Je me suis aussi rendu compte que je n’avais pas besoin d’être au Ghana pour apprécier ce genre de chose… Il suffit de prendre le temps d’y penser un peu :)( D’où le titre… Tout est relatif…ooouuu on fait de sérieuse connexions ici haha)

J’ai donc pris la décision d’adopter Thanksgiving!  Par le fait même, vous êtes tous inviter à venir partager un morceau de dinde avec moi l’année prochaine 😉

Donc on se dit à la semaine prochaine, pour un post plus africain 😉

Prenez soin de vous                           

Max

Donnez moi un M, un A, un L, un A…. Rassemblé toutes ces lettres et vous y trouverez…

Bonjour tout le monde

J’espère que vous avez passez une belle semaine!

Maintenant que je sais que les feuilles changent de couleurs et qu’il fait plus froid, je peux mieux vous comprendre! Comprendre est cependant un grand mot, je suis littéralement en train de mourir de chaleur!! Il fait si chaud depuis quelques jours, c’est ridicule. Même mes collègues se plaignent de la chaleur….alors imaginé MOI… n’étant même pas un amoureux de grosse chaleur au Canada!

Je devrais arrêter de me plaindre et me consoler par le fait que j’ai la chance d’être au Ghana durant la saison des pluies, l’une des périodes les plus fraiches de l’année! Cette dernière s’étend d’Aout à fin Octobre/début Novembre.  J’aurai donc la chance de voir deux « saison » . Après la saison des pluies vient la saison sèche… pas très attirant n’est ce pas… Cependant, j’ai entendu parler d’un vent appelé « North East Trade Wind” ou « Hamattan ». Ce dernier commence à souffler vers la mi-novembre et ne s’essouffle que vers la mi-Mars. Ma première réaction était d’être heureux : « Du vent!! Le tout va rafraichir la place » …C’est la que mon CounterPart continua son explication : «  Le vent arrive du désert avec lui viennent chaleur et poussière.  Voilà qui est moins attirant! Pour me rassurer/réjouir, Alhassan me dit que les vraies aspects négatifs du vent se font sentir en Janvier, donc je vais m’en sauver!…Je me sauve également de la saison de Mangues…YEESSS moi qui déteste ce fruit 😦

Bref je ne veux pas parler de mon départ haha mais bien de la semaine dernière!

Vous vous souvenez surement que j’avais repris la forme et que tout allais bien, c’est la dessus que l’on s’est laissé!

Il se trouve qu’au moment d’écrire ces lignes, j’avais la Malaria haha  ou du moins je la « portais » en moi. Donc le soir même, jeudi soir, je me fis « rentrer de dans »  par une bonne fièvre… J’étais assez surpris car, jusque là, toute la soirée allait pour le mieux, je venais de prendre une bière avec Aremiyaw et le souper était délicieux! Il faut croire que ce n’est pas comme ca que ca fonctionne!

Je suis donc allé me faire tester Vendredi et le tout est sorti … positif

Je dois dire que j’ai été très chanceux dans ma malchance. J’ai entendu des histoires de Malaria qui donnent froid dans le dos, j’ai aussi vu une collègue ISF qui semblait passer les pires moments de sa vie… Dans mon cas, je m’en suis tiré avec 3 bonnes fièvres et une baisse d’énergie… Avoir commencé le traitement très tôt à certainement eu un effet positif.

Bref j’ai raté quelques journées de travail et je n’ai pas pu profiter de ma nouvelle famille d’accueil comme je l’aurais voulu! C’est pourquoi je vais attendre avant de vous en parler plus en détails 🙂

Je dois cependant dire qu’Alima, ma mère d’accueil, a joué son rôle de mère à merveille avec moi!! Je suis vraiment reconnaissant de tout ce qu’elle a fait pour moi…  Elle est même allé jusqu’à me faire de la soupe Lipton! Oui Oui Lipton Poulet et Nouilles… J’avais emporté quelques sachets pour ce genre de situation!

Vous auriez du me voir, tout blême dans mon filet moustiquaire en train d’écouter Diner de Cons en mangeant une énorme quantité de Soupe … Du gros réconfort  😉

Le lendemain matin, un autre membre d’ISF m’a offert sa cuisine pour que l’on y prépare un petit déjeuner réconfortant. J’avais toujours une bonne fièvre mais je me suis dit que rien ne serait mieux pour… mon moral du moins!

J’avais bien raison, je lui ai fait une « spécialité Québécoise » de bonnes crêpes au sirop d’Érable… du QC…Oui Oui, nous avons trouvé du sirop d’Érable de Plessiville à Tamale… Je capotais! C’est à ce moment qu’il a sorti sa cafetière à piston avec du vrai café!!! Le tout des plus délicieux et fut le dernier petit coup qu’il me fallait pour combattre la Malaria!

Je vais maintenant beaucoup mieux. Je n’avais donc aucune bonne raison de prendre une journée off Mardi… Mais comme vous le savez, une de temps en temps fait beaucoup de bien! Janine arrivait à Tamale en avant-midi « avait besoin d’un guide »… haha pas vraiment mais ce fut une très belle occasion d’errer dans le marché, manger comme des rois et relaxer sur le toit d’un bar au centre-ville! OuiOui, le toit haha( Pour ceux qui ne le savent pas, je fais vraiment une fixation sur les accès au toit, je trouve le tout beaucoup trop cool!)

Je dois dire que je commence vraiment à aimer Tamale! Plus je passe de temps ici, plus je connais certains petits racoins et petits restos… j’adore.

Je vais cependant reprendre la route aussi tôt que demain midi car, j’assiste à la West African Retreat (WAR), un événement regroupant tout les membres d’ISF en Afrique de l’Ouest. Nous serons une quarantaine à se donner rendez-vous à Bolgatanga (Assez cool comme non de ville non?!) afin d’assister à des présentations de tout genre et atelier sur le développement international! Je vais donc fêter ma fête avec un gang de Canadien même si je me trouve au Ghana haha drôle de signe du destin!

 

Je vais vous parler de ce bel événement la semaine prochaine!

 

Prenez soin de vous

 

MAx